Travaux : comment abattre un mur porteur ?

travaux comment abattre mur porteur.png

Lorsque que l’on veut agrandir un bâtiment, changer la disposition d’une pièce ou apporter de la luminosité : casser un mur s’avère être une excellente solution. Mais, quand le mur est porteur les complications apparaissent : quelles sont les différentes techniques pour l’abattre ? Combien ça coûte ? Est-il nécessaire de faire appel à un professionnel ? Tant de questions auxquelles Hexagone Groupe vous réponds dans cet article. 

Qu’est-ce qu’un mur porteur ?

Un mur porteur par définition soutient la structure d’une construction du sol au plafond. Selon le site travauxlib, Il se différencie d’une simple cloison par son épaisseur (minimum 15 cm).

Il a un rôle de pilier en assurant une stabilité générale au bâtiment.

On le trouve aussi bien à l’intérieur (mur de refend) qu’à l’extérieur d’une habitation (mur de façade).

Comment le reconnaître ?

Le bureau d’étude effectue un sondage et procède à une reconnaissance avec un perforateur permettant de reconnaître la nature, l’épaisseur du mur mais aussi le matériau utilisé.

Bon à savoir : le test de la reconnaissance du mur à l’oreille n’est pas valable dans tous les cas. En effet, certains bâtiments anciens peuvent avoir pris la charge au fur et à mesure des années. Dans ce cas, ils sont reconnus en tant que mur semi-porteur.

Les 3 techniques pour abattre un mur porteur

Pour pouvoir retirer complètement un mur porteur, on ne parle pas de “casser” mais de “scier” le mur. On le découpe avec une technique bien précise.

La plus grande difficulté pendant ces travaux et d’assurer un maintien du mur restant avant de le supprimer entièrement. 

Nous venons de voir le rôle important d’un mur porteur dans la structure d’un bâtiment. Maintenant, découvrons les différentes techniques pour le retirer :

  • La poutrelle sur sommiers : idéal pour des petites ouvertures de moins d’1 mètre. La charge des étais (piliers métalliques) est repartie du sol au plafond sur des poutrelles en métal appelées aussi IPN.

  • Le portique : cette technique est assez similaire à la précédente. La charge est répartie sur 2 poutrelles fixées au sol et reliées ensemble. Cette méthode convient à des ouvertures de 2,50 mètres maximum.

  • Les deux poutres : adaptés aux travaux plus importants avec des murs d’une grosse épaisseur. Il faut réaliser des saignés et y insérer des poutrelles implantées sur un jambage.

Combien ça coûte ?

Les travaux d’ouverture pour créer une fenêtre ou bien une porte coûte entre 3 000 et 10 000 euros selon la longueur de portée du projet.

Dans ce prix, il faut compter : l’étude complète du bureau d’étude technique (BET) ,la démolition, la pose d’IPN, la maçonnerie et l’acheminement des matériaux. 

Entre 1 à 2 semaines de travaux est nécessaire pour réaliser ce type de prestation.

Pourquoi faire appel à un professionnel 

Si vous êtes un particulier, le principal avantage de passer par un professionnel est d’avoir la sécurité d’un travail bien fait. 

De part son expertise, il arrivera rapidement à trouver la meilleure solution en fonction des contraintes techniques du bâti. Le tout, dans un objectif d’optimisation de l’espace tout en respectant un certain budget.

D’autre part, le professionnel déterminera la procédure d’ouverture et les différents éléments à implanter (portes, fenêtres…). Afin d’obtenir un résultat optimal, il établit des calculs précis sur la structure et assure un bon suivi durant la mise en oeuvre.

Bon à savoir : selon vos souhaits, la trace du mur porteur pourra être mise en valeur ou non en créant un coffrage ou un faux-plafonds par exemple.

En passant par un professionnel, architecte ou maître d’oeuvre, vous avez la garantie de la faisabilité du projet et de ses conséquences sur le bâti.

Que pensez-vous de cet article ? Avez-vous d’autres informations à ajouter pour le compléter ?

Vous aimerez aussi, notre dossier complet sur les différents types de toitures et leurs fonctions.

mur porteur comment l'abattre.png